ALINE, UNE CÉSARIENNE MAIS PAS 2!

Après une première grossesse idéale, Aline s’imaginait un accouchement classique, simple, avec juste ce qu’il faut de fatigue liée aux premières nuits sans sommeil. Mais elle accouche finalement par césarienne et découvre un envers du décor, auquel elle n’était pas du tout préparée.

Pour son deuxième accouchement, elle met tout en oeuvre pour vivre le meilleur des « AVAC »… Elle nous raconte, son histoire de cicatrice.

Le Blog d’Aline : https://familleours.com
Son compte Instagram : @lafamilleours
Association Césarine: www.cesarine.org

LES TEN TIPS D’ALINE

Avant un premier accouchement 

  1. Ne croyez pas que la césarienne ne vous concerne pas ! Préparez-vous sérieusement (regardez notamment cette vidéo des Maternelles qui aborde des détails très concrets et très méconnus sur la césarienne !)
  2. Impliquez la personne qui vous accompagnera dans la préparation. C’est utile et plutôt drôle. Bonus : votre conjoint pourra discuter de la seconde douleur avec le mien, car je suis toujours un peu fermée sur le sujet.
  3. Prévoyez des chaussettes : j’ai grelotté pendant toute la durée de mon premier accouchement
  4. Préparez votre retour à la maison : je ne veux pas dire par là que vous devez faire un plein pour deux mois et cuisiner en avance pour la même durée. Le plus important est surtout de vous assurer qu’une personne au moins sera là pour vous (pour vous cuire des pâtes, pour aller à la pharmacie, pour vous dire de vous reposer et qu’on s’en fiche que la maison ne soit pas rangée, que les invités viennent pour vous voir vous et pas pour déguster vos petits plats, etc. )

Après une césarienne 

  1. N’ayez pas honte de vous plaindre ! Le post-partum est un moment difficile physiquement et psychologiquement, et sur le coup ça semble très long – mais croyez-moi sur parole : vous vous en relèverez. Peut-être que comme moi vous avez le réflexe de toujours dire que tout va bien quand on vous pose la question, faites une exception pour cette période ! Si le personnel médical vous demande comment vous allez, répondez franchement et en toute objectivité. Si vous avez mal, dites-le. Le confort d’être soulagée est meilleur que la fierté d’être dure à la douleur !
  2. Ne vous empêchez pas d’allaiter si vous en avez envie ! Ne vous dites pas que la césarienne a tout gâché, rien n’est encore perdu, l’allaitement se met en place sur plusieurs jours et même plusieurs semaines, alors entourez-vous et faites-vous confiance.
  3. Prenez soin de votre cicatrice. Apprivoisez-la à votre rythme, en la regardant, en la touchant. Avec le temps, elle va changer et votre regard aussi. Pour ma part au bout de quatre ans, je crois que je l’aime un peu comme un tatouage ; elle représente la naissance de ma fille aînée et ça ne me choque pas de garder sur ma peau une trace de ce moment qui a changé ma vie pour toujours.
  4. Racontez votre accouchement ! Vous en avez besoin, et d’autres mamans ou futures mamans ont besoin de vous écouter ! En outre, je suis convaincue que la libération de la parole permettra de faire reculer les violences gynécologiques : on y gagnera tous et toutes ! #balancetonaccouchement

Si vous préparez un AVAC (Accouchement Vaginal Après Césarienne)

  1. Parlez-en le plus tôt possible avec l’équipe de votre maternité.
  2. Soyez motivée pour y arriver mais préparez-vous aussi à la possibilité d’une césarienne… c’est très ambivalent, et plus facile à dire qu’à faire… Moi j’ai ressenti le besoin de me faire « coacher » et j’ai fait appel à une sophrologue. C’était une expérience apaisante et enrichissante que je recommande !
2 Comments
  • Claire Fuchs
    Posted at 12:42h, 05 juin Répondre

    Merci à toutes les deux pour cet excellent podcast (c’est le seul que j’écoute et je me rue dessus dès qu’un nouvel enregistrement arrive en ligne).
    Ce témoignage m’a beaucoup aidée, et je l’ai écouté 3 fois.
    J’ai moi même vécu une expérience assez similaire à la naissance de notre premier petit garçon, il y presque 1 an.
    Pas facile de mettre des mots sur ces sensations et ces sentiments entre-melés, qui font pourtant tant souffrir.
    Merci pour ce partage et pour transmettre ce message d’espoir si fort : une AVAC est donc vraiment possible après une césarienne post échec de déclenchement !
    Je vous souhaite une très douce journée à toutes les deux.

  • Margaux
    Posted at 15:41h, 22 octobre Répondre

    Merci, je découvre ce podcast. J’ai commencé par l’épisode 1 déjà très réussi et celui là m’a tout de suite donné envie car il fait écho à mon expérience personnel.
    Aline a mis des mots sur ce que j’ai vécu et ressenti lors de ma première grossesse et mon accouchement par césarienne d’urgence, je me suis tellement reconnue. J’attends mon deuxième enfant, et je suis plus que motivée à ce qu’il sorte par voix basse. un grand bravo.

Post A Comment