EPISODE 56: PAULINE, MON COMBAT POUR ALLAITER

Comme elles sont belles ces mères qui allaitent, en fusion avec leur bébé, magnifiques madones nourricières des temps modernes, allaitant partout, tout le temps, relayées à coups de visuels et de campagnes de pub qui démocratisent le sein allaitant. Et c’est tant mieux bien sûr, car pour celles qui ont choisi cette option, l’allaitement est un élément essentiel à l’épanouissement de leur maternité.

Oui mais voilà, avant d’en arriver là, il faut parfois batailler. Car mettre un bébé au sein, ça n’est pas forcément aussi simple que sur les photos. Ça peut être douloureux, éprouvant, voire décourageant et l’allaitement peut parfois prendre des allures de torture si la mise en route ne se fait pas dans de bonnes conditions. Pauline en a fait les frais. Elle qui voulait allaiter à tout prix, s’est retrouvée avec un bébé qui ne tétait pas bien et qui pleurait beaucoup. Alors elle a décidé de prendre le problème à bras le corps et d’explorer toutes les raisons qui pouvaient mettre en péril son rêve d’allaitement. Elle a fait preuve d’une persévérance hors normes qui a fini par payer. Aujourd’hui elle est donc là pour vous raconter et vous donner les clefs de son combat pour allaiter.

L’Insta de Pauline: @pauline_dlms_
Contacts :
– chiropracteur à Bordeaux : Caroline Dubois
– blog plein d’info sur l’allaitement, les freins et super référencé : http://mamanlune.com/
– consultante en lactation spécialisée en frein sur Bordeaux : Marion Guérin
– lien vers le site qui référence les consultantes en lactation IBCLC : http://consultants-lactation.org/
– lien vers ce qu’est la microkiné pratique qui peut être intéressante avec les bébés pour les coliques et pour les traumatismes de naissance, mais aussi pour les mamans!! : https://esemfrance.fr/microkinesitherapie

LES TEN TIPS DE PAULINE

01. S’écouter, s’écouter, s’écouter ! Portez vos bébés, dormez avec eux si vous en avez envie, allaitez si vous le ressentez, mais surtout soyez en phase avec VOS émotions, VOS envies et VOS ressentis. N’ayez surtout pas de regrets.
02. S’entourer de personnes bienveillantes qui ne vous juge pas. On se remet déjà suffisamment en question nous même dans cette période d’hormones en folie !
03. Ne pas hésiter à faire appel a une conseillère en lactation IBCLC même avant l’accouchement si vous décidez d’allaiter. Elles seront là pour vous aider a appréhender et vivre au mieux cette aventure et à ne pas écouter les idées reçues sur l’allaitement.
04. S’offrir un (ou plusieurs !) tee-shirt Tajinebanane pour être stylée ET au top du confort pour allaiter
05. Faire du portage physiologique, pour rassurer bébé, l’endormir, lui assurer une transition douce avec l’extérieur, l’ouvrir au monde… Et puis c’est si bon de l’avoir tout contre soi, de le sniffer et l’embrasser à volonté, tout en pouvant utiliser ses deux mains. Vraiment l’une des plus belles découvertes de ma maternité.
06. Lire Pour une enfance heureuse de Catherine Gueguen et apprendre plein de choses sur les neurosciences pour prendre du recul sur les comportements et les pleurs de bébé et se rassurer.
07. Ne pas laisser pleurer son bébé, ce n’est bon ni pour nous, ni pour lui. On s’évite le stress et puis un bébé rassuré en permanence sera un bébé cool et détendu, avec un réservoir émotionnel plein a craquer 🙂 Je vous promet que vous ne lui donnerez pas de mauvaises habitudes.
08. Prendre à peu près un milliard de photos par jour, de vous enceinte, et de bébé sous toutes les coutures.
09. Penser a être bienveillant(e) envers soi-même et se dire de temps en temps « je suis fièr(e) de moi, je suis un(e) super-maman/papa »
10. PRO-FI-TER de chaque seconde avec son bébé. Le temps passe si vite !
6 Comments
  • Mary
    Posted at 14:30h, 04 novembre Répondre

    Ah… les freins buccaux restrictifs… trop peu de professionnel(les)s savent les reconnaître (même pas certaines conseillères en lactation, même pas celles en maternités Amie des bébés qui prônent l’allaitement…). Cela m’a ruiné mon allaitement, « Je le savais » et pourtant ces conseillères en lactation me disaient que non, ça allait… J’ai également emmené mon tout-petit chez LE médecin ORL dont parle Pauline, mais trop tard pour sauver mon allaitement…
    Si je peux me permettre, Bébé ne souffre pas réellement durant l’intervention lorsqu’il est très petit (zone pas encore assez innervée), en revanche l’attirail du docteur lui fait peur inévitablement (grosse lumière dans son visage immobilisé, bruit…) et il faut se préparer aux soins post-intervention qui ne sont pas forcément agréables pour Bébé et ses parents. Courage à toutes les mam’allaitantes ! ♥

  • Laure
    Posted at 20:44h, 05 novembre Répondre

    Je me reconnais beaucoup dans ce podcast alors que je n’ai pas encore accouché haha, pour moi il n’y a pas d’autre façon de faire alors même si tout le monde me dit que je vais pas tenir (sympa les gens !) ben je me prépare telle une guerrière pour y arriver. Si jamais vous avez 3000 livres à me conseiller je suis prête à tout lire même si je sais bien que les livres ne prépare pas à la vraie vie (je me fais des auto diclaimer ahah), ça donne quand même du courage, bravo d’avoir tenu si longtemps !!!

  • Vanessa
    Posted at 18:37h, 07 novembre Répondre

    Merci beaucoup Pauline pour ce beau témoignage. Je suis pour ma part au tout début de ma grossesse mais il a toujours été évident pour moi que j’allaiterai mon bébé. Donc un grand merci pour tous ces conseils, ils me seront forcément utiles plus tard.

  • Annecé
    Posted at 17:59h, 14 novembre Répondre

    Bonjour et bravo pour votre détermination !! Cela se passera bien, il n’y a pas de raison
    Et au contraire, les livres sont la BASE de l’information et prépare carrément à la vraie vie !!! enfin c’est mon avis, mais sans eux j’aurais probablement accouché n’importe comment, stressée et très mal informée. Alors que grâce à eux, tout s’est super bien passé.
    Bref
    Les livres que je conseille : Périnée arrêtons le massacre (Bernadette de Gasquet) et J’accouche bientôt, que faire de la douleur (de Maïté Trelaun) (titre très mal choisi au passage, car le livre est une mine d’informations sur tous les sujets traitant de la grossesse au sens large, mais l’approche douleur = construction sociale est super intéressante je trouve)
    Pour l’allaitement en effet il vaut mieux se renseigner avant. Le site de la lecheleague regorge d’informations !!
    L’approche « hypnonaissance » peut aider aussi à se détendre
    Bon accouchement !!

  • Macha
    Posted at 21:00h, 14 novembre Répondre

    Bravo Pauline ! 4 mois avant l’opération du frein… j’ai tenu 6 et 4 semaines pour mes 2 enfants…
    et merci mille fois pour ta façon de décrire le stress de l’opération. Je me suis sentie si bête face au médecin et aux infirmières lorsque j’avais du mal à retenir mes larmes , à mon entourage, même face au papa. J’avais moi aussi l’impression de trahir mon bébé…..

  • Léa
    Posted at 15:06h, 02 décembre Répondre

    Cette histoire résonne tellement en moi…. J’avais le souhait d’allaiter… mais nous n’avons pas réussi à la faire avec mon fils sauf avec le bout de sein, mais ce n’était pas le top…. Une sage femme m’avait dit « faites vérifier son frein de langue parla pédiatre », chose que j’ai fait, mais que la pédiatre elle n’a pas fait….
    Les biberons duraient des heures, des pleurs, des coliques…
    Et un jour chez une ostéopathe qui ausculte mon fils elle me reparle de frein de langue en le voyant pleurer. A ce moment je sais qu’il faut que je fasse tout pour faire couper le frein de mon fils. Sauf que je me sens seule contre tous… Grâce à une super sage-femme j’ai réussi ! A partir de ce jour nous avons vu la langue de notre fils sortir de sa petite bouche!!
    Avant mon accouchement je ne connaissais même pas le mot frein de langue !
    Alors merci de nous informer au travers de ce podcast

Post A Comment