EPISODE 58: AMÉLIE, MAMAN SOLO ET VERY GOOD MOTHER

La vie qu’on mène à 24 ans n’est pas forcément compatible avec l’arrivée d’un bébé. Début d’une vie professionnelle, fêtes, voyages et profitages en tous genres…

Mais comme on sait qu’il n’y a pas vraiment de moment idéal, Amélie a décidé de garder cet enfant de l’amour, quitte à renoncer à quelques soirées. Et puis… la vie, le couple… une séparation… Depuis 7 ans, elle élève seule son petit Léonard, et même si ça n’a pas toujours été simple, elle a vite compris que son propre bien être serait la clef de celui de son fils.

Pour y arriver il a fallu enlever quelques couches épaisses de culpabilité, arrêter de se battre contre des injonctions sociales toxiques, faire le tri, se recentrer sur elle, et finalement ne pas se priver de mener sa vie telle qu’elle l’entendait. Peu importe ce que les autres en pensent, Amélie tient à cette liberté, qui ne l’empêche en rien d’avoir un lien très fort avec son petit garçon… alors si son rôle de mère a certes façonné son histoire de femme, il a aussi donné un vrai sens à sa vie, et elle peut être fière d’être une very good mother.

L’Insta d’Amélie: @ameliechalleat  –  @theverygoodmother

LES TEN TIPS D’AMÉLIE

1- Tu as le droit de ne pas vouloir d’enfant, ou pas maintenant, ou pas avec lui. Et NON, avorter ce n’est pas un crime, et OUI ceci est ton corps et ta vie, c’est donc ta décision, ton choix, ta liberté.

2- Sois indépendante financièrement. Autant que possible…

3- Si tu arrives parfois en retard au boulot ce n’est pas grave.

4- Si tu arrives parfois en retard à l’école ce n’est pas grave non plus.

5- Pense à toi D’ABORD. Si tu vas bien ton enfant ira bien. Si tu fais tout pour qu’il aille bien mais que tu es au bord de la crise de nerfs en permanence, ton gosse risque de s’en apercevoir, et de devenir un dangereux psychopathe (traumatisé par sa mère qui refoulait ses états d’anxiété délirants quand il était enfant)… Plus sérieusement ton gosse est une éponge, consciemment ou inconsciemment, il absorbe tes états émotionnels. Donc pense à toi, fais toi du bien, et n’hésite pas à te faire aider par ta famille, des nounous, des amis, des voisins… Tu ne peux pas tout gérer seule. Tu ne peux pas être parfaite (ce serait de toute façon terriblement ennuyeux).

6- Fais l’amour le plus souvent possible. Ceci est un vrai conseil. Au-delà de l’acte sexuel, ne renonce pas à ta féminité, ton corps, le plaisir, ton bien-être… Socialement on vit sous l’injonction du schéma « La maman » VERSUS « La putain »: une mère ne doit pas susciter le désir. « Ta mère la pute » reste une des pires insultes dans les cours de récré. Notre ventre donne la vie et « ne doit pas être sali »… Je pense sincèrement que ces injonctions ont été construites par une société machiste, pour renforcer le contrôle du corps des femmes et limiter leur pouvoir social (pendant que les papas allaitent joyeusement au bordel tous les soirs). Ce n’est pas parce que tu es mère que tu ne peux pas éprouver du désir et susciter le désir. C’est ton droit, et les mecs et nanas qui te traitent de pute, de fille facile ou de mauvaise mère, sont le plus souvent très très très jaloux et frustrés. Mieux vaut être critiquée et épanouie, que comme « eux » et aigrie.

7- N’hésite pas à aller voir des psys. Fais toi aider. Tu as le droit d’aller mal, de ne pas savoir, de craquer, de demander de l’aide… Ce n’est pas honteux, c’est au contraire la chose la plus mature et généreuse que tu puisses faire pour toi et ton enfant, si tu en ressens le besoin.

8- Dis la vérité à ton enfant, parle lui avec des mots « adultes ». Ça ne veut pas dire qu’il faut TOUT lui dire, ton enfant n’est pas ton psy. Mais parle lui des situations qui le concernent, auxquelles il est exposé, même si ce n’est pas agréable et facile (séparation, violences conjugales…). Utilise des mots simples, ne lui cache pas la vérité. Ton enfant comprend absolument tout ce qu’il se passe autour de lui, ce que tu lui dis ou non. Autant lui montrer que tu le respectes et verbaliser les choses, même difficiles.

9- Ne te prends pas trop au sérieux: oui être mère c’est important, oui savoir ses tables de multiplication par cœur c’est indispensable pour ton gosse, mais à un moment on va tous mourir… Donc détend toi et rigole avec tes gosses. N’essaie pas de tout contrôler, tout le temps…

10- N’écoute pas les conseils (donc tout ce qui précède), fais confiance à ton instinct. Tu es la mère de cet enfant, tu es donc la meilleure mère qu’il puisse avoir.

No Comments

Post A Comment