EPISODE 74 : CHARLOTTE, J’AI DÛ SUBIR UNE LIGATURE DES TROMPES

Ce qu’a vécu Charlotte, pendant de longues années, pourrait s’apparenter à une certaine forme de torture. Longtemps ,elle a ignoré pourquoi elle avait cette douleur sourde dans le ventre. Longtemps, elle a eu cette masse entre les jambes qui la gênait tant et perturbait chaque jour un peu plus sa féminité et sa confiance en elle. Puis elle finit par consulter le bon spécialiste… qui a posé un diagnostic, et proposer une intervention chirurgicale : la ligature des trompes.

 

La stérilisation féminine : une contraception immédiate et irréversible

 

Il aura fallu qu’elle décide de consulter un angiologue pour pouvoir mettre enfin un nom sur ses souffrances : le syndrome de congestion pelvienne. Ce mal sournois atteint le système veineux de l’utérus pendant ou après une grossesse, entraînant des varices plus ou moins nombreuses. Lorsqu’il est sous sa forme la plus développée, il peut faire des ravages. Pour Charlotte, qui ne supportait plus aucun contraceptif et ne pouvait plus risquer de tomber enceinte – ce qui  mettrait en danger sa santé et celle du bébé -, une décision radicale a dû être prise : subir une ligature des trompes.

 

La ligature des trompes ou comment renoncer à une ultime grossesse…

 

Cette stérilisation à viser contraceptive, Charlotte prend son courage à deux mains et vous l’explique, sans filtre. Elle revient, également et surtout, sur ses douleurs les plus intimes, mais aussi ses questionnements de femme et de mère. Elle nous dit comment, à 34 ans, elle a renoncé à une autre maternité. Un choix qui a été une épreuve, même pour elle qui est déjà maman. Mais Charlotte a fait ce qu’il fallait et, désormais, elle contemple ses filles en mesurant d’autant plus la chance incroyable qu’elle a de les avoir toutes les deux.

L’instagram de Charlotte: @charlotte_leonardi

LES TEN TIPS DE CHARLOTTE

  • S’écouter mais relativiser : j’aurais tendance à dire qu’il faut s’écouter mais, si on s’écoute trop, ça n’arrange pas toujours les choses. Après une ligature des trompes, je dirais relativiser pour les choses pas trop graves.
  • Parler encore et toujours : le coup de fil à un ami, c’est le meilleur remède quand ça va pas (ou aller chez Zara 😉)
  • Se masser le corps : penser à se masser le corps et à l’aimer aussi, en passant.
  • Prendre du temps pour soi : ne pas hésiter à mettre les enfants devant un bon dessin-animé pour se faire une manucure !
  • Aller boire des coups avec ses copines ! C’est pas mal pour se rendre compte qu’on est toutes dans le même bateau.
  • Partir en amoureux.
  • Câliner sans limite : et ne pas se forcer à couper le cordon avec son enfant si on n’en a pas envie.
  • S’autoriser à être fatiguée : et oser le dire à ses proches. Apprendre à déléguer parce que c’est pas si facile de lâcher prise.
  • Aller consulter si on a mal quelque part : même si on a mal un petit peu ! La douleur ce n’est pas normal !
  • Arrêter de trop se prendre la tête : surtout sur ce qu’il faudrait faire selon les Saintes de l’éducation positive. Juste faire de son mieux (et c’est déjà pas mal!)

 

Soucieuses de connaître mon histoire ? Rendez-vous juste ici >> My Story

BLISS CLUB

À PROPOS