EPISODE SPÉCIAL – ACCOUCHER CONFINÉE #1, LAURE

Situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles ! Face à la crise sanitaire actuelle, et aux innombrables messages que je reçois quotidiennement, il m’est apparu urgent de donner la parole à toutes ces femmes pour qui ce confinement se synchronise avec une étape cruciale de leur vie : la mise au monde. Je donne aujourd’hui la parole à Laure, qui a dû accoucher en plein confinement.

Accoucher en plein confinement : témoignage à distance

 

En temps normal, à l’approche du Jour J, on ne pose des milliers de questions. Alors, imaginez lorsqu’on sait qu’on devra donner naissance en temps de crise… Avec le confinement et les nouvelles mesures restrictives, tout est décuplé. Il faut faire face à une préparation psychologique supplémentaire : celle de gérer un accouchement seule, et une hospitalisation sans sa moitié. Alors, pour démarrer cette série d’épisodes baptisée « Accoucher confinée », je vous propose d’aller à la rencontre de Laure, que j’ai interviewée à distance, à sa sortie de la maternité. Elle nous raconte son accouchement survenu le premier jour du confinement, dans une ambiance fin du monde teintée de grande incertitude collective.

Une hospitalisation interminable

 

Parmi les tracas de l’après-accouchement, on retrouve notamment les fameuses suites de couches (les premières règles après les règles). Et Alors que Laure pensait rentrer rapidement chez elle, elle a dû rester hospitalisée 11 jours, seule avec son bébé. Finalement, elle a jonglé entre le service de néo-nat’, les équipes médicales entièrement masquées, les couloirs déserts, les Whatsapp interminables avec son chéri, ainsi que les quelques nouvelles qui lui arrivaient de l’extérieur. Maintenant, je laisse la parole à Laure qui nous raconte son accouchement en plein confinement.

 

Découvrez tous les épisodes >> Accoucher confinée

  • L’Instagram de Laure : @laureiller_vert

LES TEN TIPS DE LAURE

 

    • Prévoir le strict nécessaire pour la maternité

Car on doit le porter si le personnel n’est pas dispo pour aider. Garde le confort pour la maison !

    • Tenir bon et tout apprendre en accélérer pour rejoindre vite le papa !

Surtout si on vit mal d’être loin de lui. Dormir, ça sera à la maison.

    • Remarcher le plus vite possible, même en cas de césarienne…

Si les jambes le permettent, bien sûr. Ça aide à se remettre plus vite. True story : mon bébé étant en néonatalité et les allers-retours m’ont permis une meilleure remise en forme.

    • User et abuser des WhatsApp, vidéos et photos…

N’hésitez pas à demander au personnel soignant d’en prendre lors du premier bain, par exemple (elles seront toutes d’accords !)

    • Tirer, tirer, tirer le lait !

Surtout si bébé n’arrive pas à téter et que l’allaitement est un projet qui tient à cœur. Moi, je le fais encore. Il prend un peu le sein mais il peut aussi se nourrir exclusivement grâce à un tire-lait de compétition loué et prescrit sur ordonnance.

    • Prévoir une sacrée crème pour réparer les mains.

Avec le Covid-19, il y a des règles très strictes et les mains sont lavées une vingtaine de fois par jour. Le personnel comme les patients ont tous les mains blessées. Moi, je n’en avais pas alors j’ai utilisé ma précieuse lanoline (Medela). Très efficace !

    • Prévoir un tapis de bain.

Bon c’est bête, mais c’est bien d’avoir les pieds secs, non ?

    • Profiter du confinement pour se lover en petit comité.

Et savourer les premiers instants de bébé. C’est précieux et puis le papa rattrape le temps perdu en un clin d’œil ! 

    • Prévoir de bons plats cuisinés à l’avance dans le congélateur.

Ça fait un bien fou en rentrant !

    • Se dire que tout ira mieux ensuite

Si j’ai pu accoucher en plein confinement, toi aussi tu peux. On est fortes, on est des guerrières !

 

Soucieuses de connaître mon histoire ? Rendez-vous juste ici >> My Story

BLISS CLUB

À PROPOS