EP106- KENZA, DEVENIR MAMAN SANS SA MAMAN

Quand on met au monde un nouveau membre dans une famille, les lignes bougent. Chacun voit son rôle changer, évoluer. Le prisme à travers lequel on percevait ses proches change aussi souvent. Et puis une naissance nous ramène inévitablement à la nôtre, et donc à la femme qui nous a donné la vie.

Une maman on en a qu’une, et devenir maman soi même c’est souvent marcher dans le sillage de la sienne, sentir ses effluves et se lover dans ses conseils et son soutien inconditionnel. Oui mais voilà, parfois les repères ne sont plus, et il faut avancer à tâtons, sans cette référence avec laquelle on a grandit. Alors comment fait-on quand on perd ce qu’on avait de plus cher? Comment se construire dans un nouveau rôle alors que notre modèle n’est plus là pour nous guider? Kenza était fusionnelle avec sa mère. Complice de toujours, meilleure amie, guide spirituelle, l’accompagner dans la maladie et lui dire au revoir trop tôt fut évidemment un déchirement. Et tomber enceinte 4 mois après, très déstabilisant. Pourtant cette grossesse Kenza la désirait profondément, mais ce qu’elle aurait aimé plus que tout c’est la vivre avec sa mère à ses côtés. Alors il a fallu faire preuve de résilience, continuer à vivre grâce aux souvenirs et aux jolis signes, et puiser dans toute la force et la confiance que lui avait transmises sa maman pour construire sa propre façon d’en devenir une. 

Voir plus

LES TEN TIPS DE KENZA

1/Communiquez avec votre homme. Pendant la grossesse, pour qu’il ne se sente pas frustré de ne pas avoir cette connexion qu’on a avec bébé. Mais aussi après, si vous doutez. Il n’a pas la chute d’hormones qu’on subit et qui peut nous mettre dans tous nos états. Aussi, établir les règles dès le départ sur qui se lève, à quel moment etc.

2/C’est très déroutant de donner la vie quand on vient de perdre son pilier, sa mère, dont on aurait besoin plus que jamais à ce moment là.
Toutes les anxiétés disparaissent dès lors où vous donnez la vie et vous vous rendrez compte que vous avez reçu tout l’amour et les valeurs nécessaires pour prendre le relais, même si votre Maman n’est plus physiquement à vos côtés. Ayez confiance en vous, en votre bébé et en la vie.
 
3/Pour ne pas être débordée en rentrant de la maternité, j’avais relevé les adresses de tous mes proches, étant encore enceinte, pour leur envoyer les faire-parts de naissance facilement.
 
4/ Ne pas culpabiliser de vouloir déléguer parfois. A une grand mère, à une amie, à une nounou ou autre. Une maman épanouie = un bébé serein
 
5/ Privilégier son instinct, sa décision, parmi tous les discours que l’on entend.
 
6/ Acheter progressivement. Bébé grandit vite et vous n’aurez pas besoin de tous ces vêtements. J’ai demandé à mes amis de ne pas acheter de vêtements pour ma fille mais de se référer à ma liste de naissance où se trouvait accessoires et mobiliers que j’ai choisi.
 
7/ Laissez vous aller, assouplissez vous avec vous-même ! Je n’ai jamais aussi « mal » mangé enceinte, mais c’est ce dont j’avais besoin pour me faire du bien, et par répercussion, que mon bébé se sente bien.
 
8/ Si vous souhaitez allaiter et vous sentez perdue, faites appel à une conseillère en lactation. J’aurais aimé pouvoir le faire car je n’imaginais pas de quoi il s’agissait réellement, et bien que cela ait été une de mes plus belles expériences, je n’étais pas suffisamment préparée.
 
9/ Se faire jolie avant d’aller à la maternité, pour la rencontre de votre vie ! Je m’étais fait posée des extensions de cils et un brushing chez le coiffeur les dernière semaines avant l’accouchement, et bien que mon travail ait été plutôt long et que j’ai été épuisée, d’autant plus avec la chute d’hormones, au moins, me voir « pimpée » tous les matins, me faisait du bien.
 
10/ Préparez une playlist de naissance ! Ça change tout le mood de votre accouchement. Et à chaque fois qu’on entend le morceau sur lequel Azel est né, on se regarde avec complicité parce qu’il n’y a que nous qui savons.
 
 
Add to cart

TOUT BLISS

À PROPOS