EP137 – MATHOU, BELLE-MÈRE AVANT D’ÊTRE MÈRE

Dessiner ses failles

La vie est pleine d’imprévus, et l’amour nous embarque parfois dans des scénarios pour lesquels on n’était pas forcément prête. C’est ça qui est bien aussi dans la vie, c’est les chemins un peu sinueux, pas toujours lisses, et qui font ressortir les jolies failles des êtres humains. Mathou, ses failles, elle a choisi de les dessiner. Ses dessins racontent sa vie de femme, de mère, et disent de grandes choses en quelques petits traits. 

De la difficulté d’être belle-mère

Quand Mathou tombe folle amoureuse de son “mec d’occaz”, qui est déjà papa d’une petite fille, elle envisage la maternité surtout au travers de ce lien qu’elle veut tisser avec cette enfant. Pas facile de trouver sa place dans cette famille recomposée dont elle n’a pas les codes. Puis 3 ans plus tard, tout devient plus concret quand elle est à son tour mère. Car ce bébé lui offre la légitimité et la reconnaissance dont elle manquait jusqu’à ce jour.

Rien n’est simple, surtout pas l’attachement

Mais Mathou découvre alors que s’il est difficile d’aimer un enfant qui n’est pas le sien, il peut être aussi ardu d’aimer celui qu’on a mis au monde. Surtout quand le père de l’enfant, dieu de la couche et du biberon, freine sa mission de mère parfaite, sans le vouloir.
Dans ce nouvel épisode de bliss.stories, Mathou nous raconte le chamboulement, la jalousie, la frustration mais aussi le soulagement et la fierté, quand on endosse le rôle de belle-mère avant celui de mère.  En fait, rien n’est simple, mais à travers les failles de chacun, on apprend à devenir mère autrement. 

Le compte Insta de Mathou : @mathou_cdh

———–

>> Découvre The Bliss Bump, le premier programme d’accompagnement à la grossesse ! 

>>> Et puis si tu accouches en septembre ou après, glisse ton Bliss Vanity avec Talm dans ta valise de maternité pour un post-partum confortable et serein.

LES TEN TIPS DE MATHOU

  1. FAIRE CE QU’ON PEUT, et c’est pas si mal
  2. ON A LE DROIT d’aller mal, de pleurer, de regretter, de douter.
  3. DEMANDER DE L’AIDE. Personne n’a dit qu’il fallait traverser tout ça, absolument seule. C’est bien de parler quand ça ne va pas : à son conjoint, un.e ami.e, un.e voisin.e, un parent, une sage-femme, un.e gynéco, à un.e psy.
  4.  LA FAMILLE PARFAITE N’EXISTE PAS ! Et pour être heureux, il ne faut pas rechercher la perfection (c’est chiant d’façon la perfection). Chacun doit trouver sa place et ça peut prendre du temps.
  5. LES BELLES-MÈRES NE SONT PAS LES MÉCHANTES de DISNEY. Ce sont des meufs normales qui ont hérité des enfants de leur “mec de seconde main”. Et ça ne se passe pas forcément de façon magique du jour au lendemain.
  6. ON A LE DROIT de ne pas aimer son enfant au premier coup d’œil. Le coup de foudre, ce n’est pas obligé. L’amour maternel peut prendre du temps, ce qui ne fait pas de nous des monstres, peut-être pas des « mères-bonne-maman » (mais bon ça c’était dans les années 50 🙂
  7. LES PARENTS SONT FAILLIBLES. Même avec toute la bonne volonté du monde, nos enfants iront sans doute voir des psys à l’âge adulte pour cracher sur nos erreurs de parents.
  8. LES ENFANTS SONT HEUREUX quand leurs parents le sont aussi.
  9. NOUS SOMMES TOUTES DE BONNES MÈRES !
  10. ZÉRO PRESSION (la pression c’est pour les bières) : respire un grand coup ! Dans la vie, il y a des hauts, des bas mais aussi RE des hauts !

Add to cart