EP SPÉCIAL – ACCOUCHER CONFINÉE #4 – PAULINE

Et si on voyageait un peu dans ce podcast ? Parce que finalement, à l’heure du confinement, que l’on vive ici ou ailleurs, les règles sont à quelque chose près les mêmes partout ! Chères Bliss Girl, vous le savez désormais, les grossesses se suivent mais ne se ressemblent pas… C’est notamment le cas de Pauline, qui a vécu deux grossesses diamétralement opposées. Après un premier accouchement relativement « facile », le deuxième fût plutôt… sportif ! Entre souffrance et désillusion, Pauline revient sur son douloureux accouchement par césarienne.

 

Accoucher confinée… et à l’étranger !

 

Quitte à être à distance, je vous embarque aujourd’hui sur l’île de Koh Samui en Thaïlande, où Pauline et sa petite famille y ont élu domicile. Alors, même si le confinement est plus facile au soleil, un accouchement ne l’est pas forcément pour autant. Vous verrez que les conditions d’accouchements en Thaïlande sont bien différentes que celles de nos hôpitaux français. UN hôpital, UNE façon de faire, UN suivi de grossesse… Impossible de déroger aux règles thaïlandaises !

 

Accouchement par césarienne : entre douleur et délivrance

 

Au-delà des contraintes imposées par le coronavirus, Pauline vous raconte son accouchement interminable, durant lequel ses grands espoirs d’accouchement naturel ont laissé place à de grandes désillusions. Car, dans un pays où la césarienne est pratiquée à la chaîne, et dans de telles circonstances, elle n’a malheureusement pas pu y échapper.

Intervention programmée ou décidée en urgence, la césarienne, tant redoutée par Pauline s’est avérée aussi douloureuse qu’elle le craignait. Elle lui a laissé un goût amer, surtout qu’elle l’a vécue évidemment, loin de ses proches. Dans ce pays où la culture et la communication sont très éloignées des nôtres, l’encadrement des mamans est loin d’être aussi enveloppant qu’en France. Pauline a donc dû composer, et s’adapter, pour mettre au monde son joli bébé…

 

Découvrez tous les épisodes du podcast >> Accoucher confinée

Les 10 tips de Pauline

 

  • On garde à l’esprit que les choses ne se passent pas toujours comme prévu

Toutes les femmes rêvent d’une grossesse sans accroc. Mais, il arrive bien souvent que les imprévus de l’accouchement viennent noircir le tableau… Il ne tient qu’à vous conditionner votre esprit pour ne garder que le positif. Aucun accouchement n’est parfait !

  • On se prépare à toutes les éventualités

Lire, écouter, chercher, se poser des questions, c’est essentiel pour bien vivre un accouchement ! C’est important d’être confiante, mais c’est toujours mieux d’être préparée. L’accouchement par césarienne peut s’avérer particulièrement douloureux. Si pour moi, c’était particulièrement éprouvant, ça ne le sera pas forcément pour vous. Bon à sa voir : quand le bébé est très haut, préparez-vous psychologiquement à pousser, même si vous accoucher en césarienne !

  • On se remet doucement mais surement

Vous aurez potentiellement des douleurs après la césarienne. Rien de plus normal, alors ne paniquez pas. Comptez minimum 5 jours pour vous remettre de cette intervention.

  • On se facilite au maximum le retour à la maison

Il vaut mieux que tout soit prêt pour l’arrivée du bébé, car la première sortie… c’est pas pour tout de suite ! Petits plats maison, bains de bébé, n’hésitez pas à solliciter l’aide de votre chéri. Une fois rentrée dans votre petit nid douillet, il sera aussi là pour vous soulager.

  • On est libre d’allaiter, ou non !

Allaiter par une naissance par césarienne, c’est possible ! Chacun fait comme il veut, enfin, surtout comme il peut. Bien se documenter garantit les chances pour réussir l’allaitement maternel.

  • On soigne sa cicatrice post-césarienne

Prenez bien le temps de soigner la cicatrice post-césarienne. Je pense notamment aux pansements au silicone qui aident à la souplesse et cicatrisation. 

  • On se force à marcher, dès le lendemain

Pour récupérer rapidement après une césarienne, il est recommandé de faire tout de même quelques pas les jours suivants l’intervention. Même si la douleur est bien là… Le but est de prévenir le risque de phlébite, la formation de caillots de sang dans les veines. Alors, prenez votre courage à deux mains, et en avant !

  • On pense aux couches et au gant de toilette

Les suites de couche après une césarienne, ce n’est pas un mythe. Ça fait d’ailleurs parti des tracas de l’après-accouchement dont on ne parle pas assez. Couches et gant de toilette : allez au plus simple, car rien ne sera facile les premiers temps.

  • On en fait le moins possible 

De retour à la maison, faites le MINIMUM. Le corps est littéralement meurtri, il faudra alors s’armer de patience avant de retrouver un quotidien un tant soit peu normal. Il va s’en dire qu’on ne porte rien de plus lourd que son bébé !

  • On dort quand bébé dort !

Oui je sais, c’est cliché… mais tellement vrai, et encore plus après une césarienne ! Croyez-moi, votre corps en a grand besoin.

  • On mange de petites quantités

Le régime alimentaire après une césarienne est assez particulier. Il est conseillé de manger de petites quantités à chaque repas. Et assez régulièrement, si l’appétit est au rendez-vous. Les organes tirent et font mal. Ça non plus, on en parle pas assez.

  • On regarde son bébé à chaque fois que le moral flanche… 

Dernier conseil et pas des moindres, car ça aide à TOUT accepter… Such a bliss to love a baby ❤️🍀

 

Soucieuses de connaître mon histoire ? Rendez-vous juste ici >> My Story

BLISS CLUB

À PROPOS