EP91 : ÉLÉONORE, J’AI DÉTESTÉ ÊTRE ENCEINTE

Pour certaines, c’est un moment de grâce, pour d’autres un vrai calvaire.

Comme pour à peu près tout, nous ne sommes pas égales face à une grossesse et même si l’envie profonde d’avoir un enfant est bien là, les 9 mois nécessaires à sa fabrication peuvent sembler interminables et être semés d’embuches. Si en plus vous avez une petite tendance à être angoissée, toute cette période peut se transformer en véritable épreuve qu’il s’agit de traverser tant bien que mal, en ne perdant pas de vue qu’elle aura de toute façon une fin.  Mais comment tenir pendant ces mois qui paraissent des années ? Comment se raisonner en se disant que ça ne durera pas ? Comment faire bonne figure et supporter les injonctions permanentes qui prônent la grossesse comme une embellie ?

D’un naturel plutôt angoissé, Éléonore a très vite eu peur, peur du tri-test, peur de la césarienne, peur qu’il puisse arriver quelque chose de grave à tout moment. Et comme elle a cumulé les raisons de stresser et les mauvais scénarios, cette peur ne l’a plus jamais quittée. Dans cet épisode, Éléonore vous racontera comment quelques chiffres et une marge d’erreur sur un test peuvent faire voler nos certitudes en éclat, comment on peut se retrouver à subir une césarienne d’urgence alors qu’on envisageait l’accouchement physio, comment on peut être envahie d’amour malgré un bébé transféré en néonat à l’autre bout de la ville… bref, Éléonore nous racontera son Vietnam, qui comme toutes les guerres, se termine avec des cicatrices mais aussi pas mal de médailles.

    • L’Insta d’Éléonore : @eleonorebridge

LES TEN TIPS D’ÉLÉONORE

  1. Préparez-vous à l’imprévisible dès le départ, dites-vous que rien ne se passera comme on l’a rêvé ou imaginé (et au mieux on a une bonne surprise).
  2. Consultez internet au minimum pendant la grossesse, préférez poser des questions aux professionnels de santé, aux copines bienveillantes, à votre mère, achetez des livres. L’exhaustivité des informations disponibles en ligne sur la grossesse est terriblement anxiogène.
  3. Le projet de naissance est un super outil pour se poser les bonnes questions et discuter de l’accouchement avec sa maternité. Mais il faut savoir ce sur quoi on est catégorique et ce sur quoi on sera flexible, car tout ne sera pas forcément comme sur le papier.
  4. Si on décide de faire le tri-test ou un DPNI, discuter en couple de ce qu’on fait en cas de mauvaise nouvelle.
  5. Dites vous toujours que vous faites de votre mieux, vous n’êtes pas une machine, si vous angoissez et qu’on vous dit « arrête de stresser tu stresses le bébé » ne vous en faites pas, vous restez humaine.
  6. Parlez à votre bébé pendant la grossesse, il comprendra mieux vos peurs si vous en avez
  7. N’écoutez que les personnes qui vous veulent vraiment du bien, ne vous laissez pas entraîner dans le tourbillon des injonctions constantes, vous entendrez tout et son contraire c’est épuisant.
  8. Ne vous taisez pas si vous n’en pouvez plus, si vous avez besoin que ça sorte, même si on vous fait « gentiment » comprendre que « c’est bon les femmes sont enceintes depuis des millénaires arrêtes de te plaindre ». La grossesse ça peut être vraiment éprouvant vous avez le droit de vous plaindre si vous en avez envie.
  9. Oui vous avez le droit de détester être enceinte ou ne pas trouver ça magique de sentir votre bébé bouger, ça ne fait pas de vous une mauvaise mère.
  10. Il n’y a pas d’accouchement parfait ou réussi, donnez vous la possibilité de changer d’avis au dernier moment, l’important c’est vous et votre bébé et qui vous jugera pour vos choix est à ignorer de toute urgence.


Le livre Bliss-Stories décomplexé sur la grossesse et l'accouchement est désormais disponible ! Joie !